Procès-verbal – Assemblée générale annuelle 2016

Procès-verbal de l’assemblée générale annuelle

Mardi 26 avril 2016 (19 h 30 – 21 h 30)

Salle «La nature en mouvement» du pavillon Jordi-Bonet
99, rue du Centre-Civique, Mont-Saint-Hilaire

Les portes sont ouvertes à 19 h. Un exemplaire de l’ordre du jour, du PV de l’AGA précédente et des états financiers est remis aux arrivants. Le quorum (10 % des 100-150 membres en règle) est atteint.

Ordre du jour proposé

  1. Ouverture de l’assemblée

  2. Lecture, modification et adoption de l’ordre du jour

  3. Lecture et adoption du procès verbal de l’assemblée générale annuelle du 28 avril 2015

  4. Rapport d’activité annuel

  5. Présentation des états financiers

  6. Renouvellement des cartes de membre

  7. Rappel de notre mission

  8. Nos priorités en 2015 – Résultats obtenus

  9. Objectifs de la Ville – Nos priorités pour 2016

  10. Élection des administrateurs

  11. Affaires diverses

  12. Levée de l’assemblée

1. Ouverture de l’assemblée

Carole Blouin, présidente de l’association, ouvre l’assemblée à 19 h 35. Les autres membres du CA présents sont Denis Bouthillette (vice-président), Alain Loiselle (trésorier), Isabelle Thibeault, Jacques Charbonneau, Marcel Poirier, François Deschênes et Henri Gazeau (secrétaire) à la prise de notes. Absent : Claude Rainville.

2. Lecture, modification et adoption de l’ordre du jour

Ginette Poirier propose l’adoption de l’ordre du jour. La proposition est appuyée par Isabelle Thibeault et adoptée.

3. Lecture et adoption du PV de l’AGA du 28 avril 2015

La présidente invite les membres de l’assistance à prendre connaissance du document, remis à leur arrivée et projeté à l’écran. Jean-Charles Richer en propose ensuite l’adoption. La proposition est appuyée par André Michel et adoptée.

4. Rapport d’activité annuel

La présidente résume les activités menées depuis l’assemblée générale précédente, en s’appuyant sur le récapitulatif ci-dessous.

5. Présentation des états financiers

Alain Loiselle (trésorier) commente les chiffres à l’écran. Aucune question n’est posée. Les états financiers sont approuvés à l’unanimité.

6. Renouvellement des cartes de membre

La présidente mentionne que l’association comptait 200 membres en 2015 et rappelle les trois façons de renouveler son adhésion.

Une personne de l’assistance estime important d’accroître la visibilité de l’association, dont certain(e)s Hilairemontais(es) ignorent l’existence.

Yves Roy suggère de se rendre visible lors d’événements tels que L’Heure mauve.

Des affiches pourraient également être apposées dans les lieux publics, et les nouveaux arrivants, avisés par la Ville au moment de leur accueil.

7. Rappel de notre mission

La présidente met l’accent sur la protection de l’environnement et rappelle que nous ne sommes pas le protecteur du citoyen (les problématiques individuelles ne sont pas de notre ressort).

8. Nos priorités en 2015 – Résultats obtenus

Les objectifs fixés au début de l’exercice étaient les suivants :

Les gains obtenus peuvent être résumés comme suit :

9. Objectifs de la Ville – Nos priorités pour 2016

La présidente s’attarde sur la carte des espaces désignés par la MRC comme vacants et sur les orientations officielles de la Ville.

La présidente souligne qu’en ce qui concerne l’aire TOD, la marge de manœuvre est faible, puisque le Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) de la CMM (Communauté métropolitaine de Montréal) encadre étroitement le développement.

Toutefois, la tenue, ce 27 avril, de la deuxième séance de consultation sur le nouveau plan d’urbanisme (PU) de Mont-Saint-Hilaire permet de croire que les citoyens auront leur mot à dire et que le PU donnera une certaine souplesse à la Ville.

Les orientations ci-contre semblent louables, mais s’inscrivent encore et toujours dans une perspective de croissance. Celle de l’ACMSH est différente.

Quant à la zone A16, elle suscite toujours de l’inquiétude. Ses caractéristiques champêtres en font l’un des secteurs emblématiques de l’agglomération – sa «carte postale». Les terrains vacants qui s’y trouvent étant privés, il est difficile d’exiger que les choses restent en l’état. Le statu quo est peu envisageable, mais comment parvenir à un développement harmonieux, respectueux du cachet semi-campagnard de ce secteur et de la qualité de vie de ses résidents?

Ces constats ont amené le conseil d’administration à fixer pour le nouvel exercice les objectifs énumérés page suivante.

Les priorités ayant été exposées par la présidente, le débat s’ouvre.

Un premier participant note avec intérêt que, dans ses orientations, la Ville dit vouloir protéger le patrimoine bâti.

À propos de l’orientation «Garder à cœur la montagne», André Michel s’inquiète de l’affluence au Centre de la Nature, préjudiciable selon lui à la saine conservation des lieux.

Steve Timmins estime le territoire déjà très urbanisé et suffisamment densifié. Pourquoi de nouveaux quartiers? Ne peut-on s’opposer à leur construction? La qualité de vie décroît depuis des décennies. Demandons un moratoire sur les nouveaux développements.

Isabelle Thibeault se demande si l’on peut effectivement remettre le développement en question. D’après les orientations officielles, la réponse semble être «oui».

Steve Timmins rappelle que le Centre de la Nature est un parc national et non municipal. Il aurait fallu exiger l’aménagement d’un parc à l’ancien camping Laurier.

Carole Blouin rappelle que Mont-Saint-Hilaire est assujettie aux politiques de la CMM, que peu de villes imposent une limite à leur croissance et que, puisque consultations il y a chez nous, il faut y participer et faire pression dans ce cadre pour obtenir plus d’espaces verts. Peut-être par ailleurs pourrait-on acheter des terres en vue de les préserver.

Pour François Deschênes, la carte des espaces vacants montre que la Ville pourrait encore mordre sur le piémont. Il faut donc rester vigilants et exercer des pressions.

Jacques Charbonneau trouve solide l’argument de la trop grande affluence au Centre de la Nature. André Michel renchérit : pourquoi la Ville achète-t-elle pour rien, sur le piémont, des terrains qui appartiennent à l’Université McGill (ex. : lotissement «L’Heure mauve»)? Dans la foulée, Henri Gazeau suggère que l’ACMSH coordonne son action avec le Centre de la Nature et Nature-Action Québec.

Patricia Boë s’interroge sur la façon dont les terres agricoles ont été dézonées. Jacques Charbonneau rappelle qu’un moratoire a été en vigueur pendant vingt ans en ce qui concerne le chemin de la Montagne.

À propos des «milieux de vie de qualité» évoqués dans les orientations officielles, Yves Roy souligne que cette qualité est compromise par les risques d’accident ferroviaire (déversements ou explosions, collisions au passage à niveau – réputé dangereux – de la rue Sainte-Anne). Henri Gazeau signale que l’ACMSH a consacré à cet enjeu une partie du mémoire remis à la Ville en décembre 2015.

Une personne de l’assistance trouve facile d’invoquer constamment le PMAD, qui se justifie peut-être pour des villes comme Longueuil, mais qui n’est pas forcément applicable tel quel à Mont-Saint-Hilaire. Denis Bouthillette évoque le cas du Village de Senneville (extrémité ouest de l’île de Montréal), qui aurait réussi à soustraire une partie de son territoire aux exigences du PMAD. On demande : «Qu’arriverait-il si nous refusions de nous plier aux exigences du PMAD? A-t-on posé la question aux élus?». Quelqu’un répond par l’affirmative mais ajoute que les élus semblent peu sensibles à ce questionnement.

Bernard Delorme est d’avis que la pression démographique fait céder les maires à la tentation : les nouvelles constructions font augmenter le revenu foncier – mais les dépenses finissent par augmenter elles aussi. Les zones agricoles sont très convoitées par les promoteurs. Or, notre sécurité alimentaire est vitale. Il faut en exiger la protection.

Nicole Gilbert attire l’attention sur les personnes âgées : il ne s’agit pas de les entasser dans des ghettos. Où sont les lieux d’interactions intergénérationnelles? Les consultations publiques ne portent pas assez là-dessus, pas plus que sur les énergies renouvelables. Si l’on veut sensibiliser les citoyens à tous ces enjeux, il faut aller les rencontrer chez eux.

Carole Blouin fait remarquer que pour «bloquer» le PMAD, il faudrait être soutenu par davantage de citoyens. L’ACMSH ne pèse pas très lourd.

Quelqu’un demande à quoi servira la séance de consultation du lendemain; les conclusions de l’exercice semblent déjà tirées avant même qu’il ne soit achevé. François Deschênes répond qu’il faut quand même participer, exprimer son point de vue et essayer de sortir du cadre où l’on essaie peut-être de nous cantonner, par exemple en exigeant 20 à 30 % d’espaces verts en échange de l’acceptation de tel ou tel développement.

Isabelle Thibeault ajoute qu’il faut effectivement participer à ces rencontres, même si Convercité (qui en encadre le déroulement) gère plus ou moins bien l’affluence. Carole Blouin cite le cas des résidents de la zone H105 : à force d’insistance, ils ont obtenu une séance supplémentaire d’où ont découlé des accommodements. François Deschênes conclut en préconisant de ne pas accepter sans discussion les formules prédéfinies.

Steve Timmins estime que le maire ne s’intéresse qu’au développement classique. Il faudrait demander un changement d’orientation privilégiant les espaces verts et le transport non polluant. Le cas du chemin de la Montagne, où le développement s’est fait sans consultations, est l’exemple à ne pas suivre. Il convient de fixer quelques priorités bien précises, en rappelant que Mont-Saint-Hilaire se dépeint comme «ville de nature».

La présidente clôt le débat en remerciant les participants d’avoir exprimé leurs points de vue, lesquels apportent de l’eau au moulin de l’ACMSH.

10. Élection des administrateurs

André Michel accepte de jouer le rôle de président d’élection. La procédure est affichée à la suite de la diapositive ci-contre.

Les membres du CA s’expriment sur leur désir de continuer ou non à y siéger. Alain Loiselle, Jacques Charbonneau et Henri Gazeau cèdent leur place, ainsi que Claude Rainville, absent mais qui s’était déjà exprimé en ce sens.

Il est proposé, appuyé et décidé à l’unanimité de maintenir Carole Blouin, Denis Bouthillette, Isabelle Thibeault, Marcel Poirier et François Deschênes au sein du CA pendant une année supplémentaire.

Reste à désigner quatre autres administrateurs par voie de vote. Le président d’élection demande aux membres de l’assistance qui le désirent de se porter candidat ou de proposer les candidats de leur choix.

Sont proposés…

Steve Timmins

Yves Roy

Ève Rey

Bernard Delorme

Patricia Boë

Ginette Bernard

Parmi les personnes ci-dessus, Yves Roy, Bernard Delorme et Patricia Boë acceptent d’être candidats, les autres déclinent l’invitation. On presse par ailleurs Henri Gazeau de revenir sur sa décision, ce à quoi il consent.

En l’absence d’autres candidats, ces quatre personnes sont élues à l’unanimité par acclamation.

11. Affaires diverses

(sans objet)

12. Levée de l’assemblée

L’assemblée est levée à 21 h 07. Au nom de l’assistance, Steve Timmins salue le travail accompli jusqu’ici.

Assemblée Générale 2015 et Jour de la Terre

22 avril, LE JOUR DE LA TERRE

Célébrez et participez

 

Lassociation des citoyens de Mont-Saint-Hilaire tiendra son assemblée générale annuelle:

             mardi 28 avril 2015 à compter de 19h30

             Salle « Nature en mouvement », Pavillon Jordi-Bonet,

             99, rue du Centre-Civique, Mont-Saint-Hilaire.

 

Nous ferons le point sur les activités de la dernière année, notre positionnement et nous procéderons à l’élection des administrateurs.

De plus, projection du film « Saga Cité » sur le développement viable des collectivités.

 

L’application du PMAD (Plan métropolitain d’aménagement et de développement) est toujours prévue. Mont-Saint-Hilaire fait partie de la Communauté Métropolitaine de Montréal (CMM). Elle nous impose une haute densité urbaine. L’enjeu est de taille!

 

On vous attend en grand nombre. Soyez au rendez-vous.

On vous invite à faire la promotion de l’ACMSH dans votre milieu. Le dynamisme de notre association dépend de votre soutien. L’ACMSH veut contribuer au développement d’une vision d’avenir du développement de la ville.

 

Conforme à nos règlements généraux il sera possible, sur place, de renouveler sa carte de membre avec droit de vote à l’assemblée ou de devenir membre sans droit de vote le règlement prévoyant un délai.

 

Carole Blouin, présidente

 

Bâtissons ensemble une communauté à notre image.

 

Adhésion et assemblée générale 2015 (le 28 avril à 19 h 30)

Chères citoyennes, chers citoyens,

Le printemps, déjà! Oui, la voilà bien entamée, cette nouvelle année.

Le conseil municipal s’est engagé à consulter les citoyens. On attend toujours la suite. Le temps file et l’inquiétude s’installe… On a gagné des points mais à ce jour, nous ne connaissons pas la démarche retenue par la Ville pour nous consulter.

L’heure est venue de se mobiliser pour se faire entendre. Il ne faudrait surtout pas attendre d’être devant un projet coulé dans le béton.

L’application du PMAD (Plan métropolitain d’aménagement et de développement) est toujours prévue par les instances supérieures, car Mont-Saint-Hilaire fait partie de la Communauté Métropolitaine de Montréal (CMM). Un comité consultatif (CCPMAD) mis en place par la Ville travaille activement à identifier les marges de manœuvre afin d’assouplir les modalités d’application du plan. Votre association est représentée au sein du CCPMAD. L’enjeu est de taille!

Il faut aussi se poser une question : comment la haute densification urbaine peut-elle devenir un plus pour Mont-Saint-Hilaire? Tout un défi!

On observe actuellement plusieurs projets et chantiers :

  • Qu’est-ce qui se prépare sur les terrains de l’ancien camping Laurier et du garage municipal? Si densité oblige, serons-nous consultés sur la forme que ça va prendre (tours? maisons de ville?…)? Ne peut-on envisager un quartier écologique, un quartier vert intégré à notre environnement et à taille humaine?
  • Le projet de développement «Heure mauve» est en chantier. On ne sait pas trop à quoi s’attendre.
  • Quel avenir espérer pour les zones A16 et H105, sachant que le statu quo n’est pas une solution?
  • Que prévoit-on faire au coin des rues Cardinal et Ozias-Leduc (dans les anciens vergers des Sœurs-de-la-Présentation)?
  • Quel avenir commercial se dessine pour la rue Saint-Georges?
  • Depuis l’incendie survenu à l’entrée de la ville (là où se trouvait la succursale de la BMO), un projet est dans les cartons. Les motels voisins qui donnent sur la 116 sont eux aussi en vente. Quel nouveau visage présentera la porte d’entrée de la ville? Notre signature champêtre risque d’en prendre pour son rhume.

Tout cela pour dire que le temps presse et qu’il faut que la consultation porte sur les vraies affaires. Les questions méritent une réponse et nécessitent notre implication.

L’ACMSH veut rester active, prendre sa place, contribuer au développement d’une vision d’avenir. Jusqu’à présent, l’association tente d’assurer une veille stratégique en prenant les moyens à sa portée. Si l’on veut participer au débat de façon plus marquée, il faut se mobiliser. C’est le poids du nombre qui fera la différence.

Il est temps de renouveler votre adhésion. Cliquez ici!

 L’assemblée générale

Je vous invite à faire la promotion de l’ACMSH dans votre milieu. L’assemblée générale annuelle aura lieu le mardi 28 avril 2015. Le dynamisme de votre association dépend de votre soutien. Soyez au rendez-vous. Nous ferons le point sur les actions engagées, il sera question de notre positionnement et nous procéderons à l’élection des membres qui vous représenteront au sein du conseil d’administration.

Rendez-vous le 28 avril 2015 à 19 h 30

Salle «La Nature en mouvement», Pavillon Jordi-Bonet

99, rue du Centre-Civique, Mont-Saint-Hilaire

Bâtissons ensemble une communauté à notre image

Au plaisir de vous revoir!

Carole Blouin, présidente


 

Notre bilan, nos vœux

Chères concitoyennes, chers concitoyens,

L’année 2014 tire à sa fin. Pour votre association, c’est l’heure du bilan.

Que sest-il passé depuis septembre dernier?

M. Louis Cornellier ayant quitté ses fonctions de président, Mme Carole Blouin lui a succédé;

  • La présidente a rencontré le maire de Mont-Saint-Hilaire afin d’établir de nouvelles modalités de concertation;
  • Un membre du conseil d’administration a assisté à chacune des séances du conseil municipal;
  • Le conseil d’administration s’est réuni une fois par mois;
  • Une veille stratégique a été instaurée à propos des aménagements urbains projetés à Mont-Saint-Hilaire;
  • L’ACMSH a donné son appui à l’élaboration d’une philosophie de développement à long terme;
  • Le C.A. a sollicité du conseil municipal une rencontre qui permettrait de discuter de différents sujets clés; cette rencontre devrait avoir lieu en janvier 2015;
  • L’ACMSH a renouvelé son appui au programme de reboisement que parraine le Centre de la nature;
  • Des liens ont été tissés avec l’Université des voisins;
  • Nous avons apporté notre aide à certains citoyens aux prises avec des dossiers problématiques;
  • L’association a adressé une lettre à M. Pierre Moreau, ministre des Affaires municipales. Le territoire de Mont-Saint-Hilaire étant soumis au Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD), et celui-ci relevant du gouvernement provincial, l’ACMSH juge utile d’agir à ce niveau.

La période des Fêtes nous invite à rêver et à esquisser – au moins en esprit – la nouvelle année qui est à nos portes. Dès janvier, votre association aura plusieurs dossiers à traiter : suivi de nos actions, recrutement, renouvellement des cartes de membre, préparation de l’assemblée générale… Restez à l’écoute !

Tout récemment, le conseil municipal a annoncé, dans le contexte du budget de 2015, la mise sur pied d’une démarche de consultation auprès des citoyens, sur la question du développement à long terme de notre cité. C’est une bonne nouvelle, que nous saluons chaleureusement. L’ACMSH sera évidemment au rendez-vous.

Tous les autres membres du conseil d’administration se joignent à moi pour vous souhaiter un joyeux temps des Fêtes et une nouvelle année propice à la réalisation de vos rêves.

Au plaisir!

Carole Blouin, présidente de l’ACMSH


 

L’ACMSH marque la rentrée


Guy Lafontaine, Denis Bouthillette, Carole Blouin, Isabelle Lemay, Nicole Gilbert, Jacques Charbonneau, Henri Gazeau et Alain Loiselle

Carole Blouin, nouvelle présidente de l’ACMSH,  présente son équipe, les membres du conseil d’administration, la mission de l’association et les objectifs pour l’année 2014-2015.

Mission de l’ACMSH

  • Promouvoir et protéger l’intégrité et la beauté du territoire de la ville de Mont-Saint-Hilaire, ainsi que son environnement
  • Promouvoir une utilisation de la montagne et de la rivière qui soit respectueuse de l’environnement
  • Veiller à ce que le développement de Mont-Saint-Hilaire se déroule dans le respect de la qualité de vie des citoyens et de l’environnement
  • Favoriser, pour l’ensemble du développement de la ville, la mise en œuvre d’une démarche de participation citoyenne, et contribuer à cette mise en œuvre

Objectifs 2014-2015

  • Faire la promotion de l’association et recruter des nouveaux membres
  • Informer et sensibiliser les membres sur les enjeux, le contexte, les tendances actuelles en aménagement, les bonnes pratiques et le développement des dossiers
  • S’assurer que les projets de développement actuellement à l’étude (zone A16, près du chemin de la Montagne; zone H105, derrière la Résidence Soleil; camping Laurier et garage municipal) soient élaborés en concertation avec les citoyens
  • Contribuer au développement d’une démarche d’élaboration de la vision à long terme de notre collectivité

De manière générale,  l’ACMSH souhaite être proactive dans le développement de la ville et travailler avec les élus, les promoteurs immobiliers et autres parties prenantes.

La parole citoyenne et la qualité de vie sont au cœur de nos préoccupations. N’hésitez pas à nous faire connaître les vôtres!

Pour plus d’information ou pour devenir membre, visitez notre site ou cliquez ci-dessus sur NOUS JOINDRE.